Social Media Icons

Visit Us On FacebookVisit Us On Google PlusVisit Us On TwitterVisit Us On Youtube

L’Orient le Jour: Les problèmes écologiques s’accumulent et les instances concernees lancent un cri d’alarme.

22 January 2001

DEVELOPPEMENT- Les problèmes écologiques s’accumulent et les instances concernees lancent un cri d’alarme.

Quelle protection pour les superbes sites au Liban-Sud?

Des hectares de forets ont été détruis par le feu des combats, le           sol et le sable voles, les terres fertiles et les belles plages souillées,           les carrières du fait accompli ont défigure plusieurs secteurs du Sud           libéré. Mais n’empêche que cette ouverture de cette zone a revelee           des étendues inexploitées dans une région généralement défavorisée.

Green Line, représente par Mr. Ali Darwiche pense que: “ le danger           proviendra principalement du manque de planification, si celui-ci se           confirme, une grande partie de ses habitants de la région, longtemps           tenus a l’écart de leur ville ou village d’origine, voudront retourner           chez eux et reconstruire leurs demeures.

Sans un plan directeur, on risque d’observer dans cette région les           mêmes constructions chaotiques qu’ailleurs au Liban… un grand nombre           de localités, a l’instar de Hasbaya (Bekaa ouest), sont de nature rocheuse.           La tentation est très grande d’y installer des carriers beaucoup plus           nombreuses que celles qui défigurent déjà le paysage. Sans un plan           directeur et des règles strictes, on risque le pire”. Ces craintes           sont justifiées puisqu’a Habbariye, au sud de Hasbayya, une carrière           bien visible par la route, aurait poursuivit ses travaux, même après           la libération et le retour de la légalité.

En plus, “les travaux n’ont apparemment pas cesse malgré la contravention.           Si la situation était chaotique avant la libération, pourquoi l’Etat           est-il toujours absent aujourd’hui?” En fait, malgré les promesses           des responsables de fermer les carrières sans permis, plusieurs sites           monstres sont apparemment toujours en activité, comme l’affirme Green  Line.

Comments are closed.